Conclusion

Nous nous demandions quel est le lien entre « divine proportion » et beauté. On a vu que le nombre d’or apporte une harmonie. En effet, il existe un lien entre nombre d’or et harmonie. Il y a une sorte d’identité, d’analogie dans les proportions entre petit et moyen puis entre moyen et grand, ce qui créé une sorte d’harmonie et donc de la beauté. Sans le nombre d’or, une œuvre n’est pas forcément laide, néanmoins, le nombre d’or lui rajoute la notion d’harmonie, cette dernière reposant dans l’esthétique des proportions. Par la suite, il existe également un lien entre harmonie et esthétique car l’esthétique passe par un ressenti, un sentiment, et ce sentiment semble être lié à la présence d’une harmonie dans l’objet considéré. Le sentiment esthétique serait la conscience de ressentir l’harmonie.

Or, l’harmonie, faisant référence à l’esthétique ou beauté, n’est pas perçue de la même manière par tout le monde. Ainsi, il existe bien un lien entre divine proportion et beauté, mais ce lien est unique pour chacun. Chaque individu voit et interprète les choses d’une certaine manière ce qui donne une multitude de points de vue.

Nous avons donc vu qu’il existe un lien entre harmonie et beauté et un lien entre nombre d’or et harmonie. De ce fait, l’harmonie serait donc le lien rattachant la « divine proportion » à l’esthétique, ou beauté.

A travers notre PPE, nous avons pu observer que le nombre d’or, nombre remarquable, possède des propriétés mathématiques particulières et surprenantes. De plus, il est présent partout, que ce soit dans l’art, l’architecture, la nature, la poésie, mais aussi la musique. En effet, les mathématiques ont été beaucoup utilisées dans la musique, de manière très diversifiée. Bela Bartok était l'un des compositeurs ayant le plus introduit le nombre d’or dans ses œuvres, il a mêlé la "divine proportion" et la musique. Dans sa musique, Bartok allie beauté et équilibre. En effet, les intervalles mélodiques et harmoniques de la Musique pour cordes, percussion et célesta sont eux-mêmes choisis à partir des nombres de Fibonacci. Bartok était soucieux de concevoir chaque œuvre comme un ensemble harmonieux qui soit régi par une seule loi universelle. Bartok arrive ainsi à poser un univers « unique, simple et beau » de part sa musique.

Il existe d’autres nombres remarquables que l’on peut retrouver partout dans la nature si l’on cherche, notamment les deux nombres transcendants π et e qui reviennent continuellement en mathématiques et qui ont une importance majeure dans l’approche de la relation et de la proportion.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×